L'EMPLOYÉ DU MOIS : ANTONY FONTENEAU
Posté le 08.10.2014
par Loïc Marszalek

Régisseur général du Sucre, Antony est un touche à tout qui se charge de mettre en place le rooftop pour que tout soit parfait à votre arrivée. Présent depuis le tout début du chantier, il est l’un des mieux placé pour nous en parler. Portrait.


Salut Antony, peux-tu te présenter en quelques mots et nous dire en quoi consistent tes missions ?

Antony Fonteneau : Je suis accro au Sucre depuis ses premiers jours, j’y occupe le poste de régisseur général. Habituellement, ce travail consiste en une sorte de supervision de la mise en oeuvre d’évènements mais le caractère inhabituel du Sucre allié à la petite taille de son équipe d’exploitation m’offre un panel de missions très varié : gestion technique, maintenance du site, développement des installations, préparation et mise en place des évènements…

Quel est ton meilleur souvenir au Sucre ?

AF : Le genre de question qui fait crépiter le cerveau. Quand on manage des soirées, on a tendance à garder en mémoire tous les petits problèmes et anecdotes un peu foireuses mais c’est bien un sourire que me fait esquisser cette question. Il s’est passé déjà beaucoup de choses en un an et demi, l’effervescence du chantier avant l’ouverture me laissera un souvenir impérissable. Sur le plan musical, j’ai vraiment été marqué par quelques perles, souvent en warm up (comme quoi ça vaut le coup de venir tôt en soirée) comme Akirahawks dépassant à peine le DJ booth et envoyant une disco déchainée, ou des touches de fraicheur en voyant danser la salsa sur les « Ticket to ride » de cet été.

Quel artistes aimerais-tu voir programmé au Sucre ?

AF : J’ai plus travaillé sur la scène rock avant d’arriver sur Lyon et comme on peut le voir sur le Super Dimanche, Le Sucre s’y prête bien. Donc pourquoi pas Blonde RedHead dont le dernier album n’est pas transcendant mais connaissant l’énergie qu’ils peuvent développer sur scène… Mais s'il faut rêver alors ce sera un concert de Beth Gibbons !

Tu fais quoi quand tu n’es pas perché sur le rooftop ?

AF : J’ai deux merveilleuses petites filles qui m’occupent une bonne partie de ce temps. Sinon, c’est un mix entre mon côté geek et grand enfant, toujours à bricoler. Je conçois et fabrique des engins volants (a.k.a. drones) ce qui m’a amené il y a quelques temps à lancer un projet de construction d’une fraiseuse à commande numérique… ça avance… doucement !

Comment imagines-tu le Sucre évoluer ?

AF : J’aime beaucoup l’évolution des soirées hors électro, beaucoup de découvertes et de moments forts. J’aime bien imaginer Le Sucre dans cette diversité d’évènements et de publics. Le Sucre est un lieu de fête, de découvertes culturelles et d’échanges, certains clivages sont un peu persistants sur Lyon mais j’ai vraiment l’impression que des barrières cèdent, petit à petit.
Pour le lieu en lui même, on le construit chaque jour, les idées ne manquent pas et sa jeunesse nous offre tous les possibles.

Le mot de la fin ?

AF : Si vous me voyez derrière les consoles, le DJ est de l’autre côté.