L'EMPLOYÉ DU MOIS : ÉLOÏSE GILBERT
Posté le 12.11.2014
par

Billettiste, Éloïse est la première personne de notre crew que vous croisez en arrivant au Sucre. Elle passe des heures dans le froid pour gérer tous les petits pépins de billets. Portrait.


Salut Éloïse, peux-tu nous expliquer en quoi consiste ton job à la billetterie du Sucre ?

Éloïse Gilbert : Bonjour ! Alors en gros, mon boulot consiste à accueillir le public à l’entrée du Sucre. De manière un peu plus détaillée, je vends (quand il y a de la billetterie sur place, et c’est rare !) des places, je gère les problèmes de billetterie (billet perdu, qui ne se télécharge pas…) et je fais aussi de la médiation, en expliquant ce qu’est le Sucre aux passants et les différents évènements qu’on propose, en guidant les différents publics sur notre site internet et en discutant avec eux quand le temps me le permet.

Tu es là depuis longtemps ?

ÉG : Non, ça ne fait pas si longtemps que je suis billettiste. On est deux (Sarah et moi) à se répartir le travail et à avoir commencé en même temps (fin juillet). Mais avant d’être billettiste, je venais user mes semelles de chaussures sur la piste.

Quel est ton meilleur souvenir au Sucre ?

ÉG : Je n’ai pas de souvenir en particulier, mais j’ai quand même en tête le set de FunkinEven il y a un an, pour un Braquage à l’Anglaise en bonne et due forme. J’ai aussi un faible pour les Roller Disco. Je trouve le concept super sympa et l’ambiance est plutôt détendue, du coup dès que je peux, je viens chausser les patins et faire quelques tours de pistes.

Quel artiste rêves-tu de voir au Sucre ?

ÉG : Flying Lotus avec Thundercat à la basse sans hésiter, même si c’est une vaste question et que d’autres noms d’artistes me viennent à l’esprit. Pour une Roller Disco je verrai bien Rick James et son Give it to me ou le groupe Cameo, dans leurs belles combis fluos, sur Shake Your Pants. Mais ça me semble un peu compliqué. Ou pourquoi pas Motor City Drum Ensemble, soyons fous !

En dehors de ton travail au Sucre, tu es aussi costumière. Tu peux nous en dire plus ?

ÉG : Tout à fait ! J’ai lâché les études dans le supérieur il y a quelques années pour pouvoir me lancer dans la couture et plus particulièrement dans le costume. Du coup, j’ai installé mon atelier à la maison et je travaille sur différents projets persos même si pour l’instant je ne croule pas sous le boulot.

Mais je ne m’ennuie jamais. C’est un métier super intéressant et surtout bi-disciplinaire : aussi bien artistique qu’historique ; derrière chaque costume et chaque mode il y a une raison historique. Je pourrais en parler pendant des heures mais je ne suis pas sûre qu'on ait le temps…

Un conseil pour les personnes qui arrivent en bas du Sucre ?

ÉG : N’oubliez pas votre pièce d’identité quand vous nous rendez visite, ce serait bête de ne pas pouvoir entrer et de passer à côté d’une bonne soirée en notre compagnie sur le rooftop.