LABEL ANTINOTE, NUMISMATE DE LA TECHNO
Posté le 12.01.2015
par Lisa Burek

Le 16 janvier, au Sucre, Quentin Vandewalle alias Zaltan sortira sa platine portable et investira le rooftop. Son crédo ? Fouiller dans le vieux, y trouver le futur. Et c'est sans doute de cette maxime que son label, Antinote, fait sa renommée de qualité.

Antinote

Le monde de l'électro est sinueux, évasif, tortueux. Il faut s'en doute un certain talent pour se retrouver dans le dédale de ses artistes. Le label parisien Antinote, lui, rôde dans ce monde avec malice. À coups de détecteurs de métaux, retour sur ces démineurs urbains des musiques électroniques.

From Brixton to Paris, with love

Brixton, 1991. Dans un studio d'enregistrement de la ville, un homme commence ses expérimentations sonores et nocturnes : les premières Tapes sont enregistrées, elles serviront de fondations au label Antinote. Cet homme, c'est Gwen Jamois (IUEKE) et l'ami de Quentin Vandewalle, fondateur du label. Mais de Brixton à Paris et la fondation du label en 2012, des choses se sont passées. Enfin, presque. Car l'idée du label est né, d'après ce que raconte le jeune homme à Aaron Coultate de RA, d'une blague d'ivresse un soir au Baron Rouge, Paris 11e. Quentin Vandewalle avait alors demandé à son pote Jamois, vivant à Londres, de rapporter quelques-unes de ses cassettes au Baron Rouge. Un sac de musique, des bières, et l'idée du label qui émerge.

Du flair, des brocantes, de la techno

Mais pour comprendre les frasques musicales des artistes d'Antinote, il faut sans doute connaître la passion de son fondateur : « l'archéologie de la techno » se plait-il à dire. Une archéologie qui se traduit par la fouille obsessionnelle de vieux vinyles, de pépites oubliées aux enregistrements rares trouvés aux détours d'une caisse de carton des videsgreniers. C'est comme ça que Quentin « Zaltan » Vandewalle avait d'ailleurs sorti son cool mix sur The Drone il y a trois ans : « J'ai enregistré ce mix essentiellement avec les derniers disques que j'ai acheté ce week-end à la brocante: Roland Boquet / Jon Hassell / Maximum Joy etc... ». À 26 ans, le boy avait déjà le flair d'un expert dénicheur.

De là, le sans faute musical se dessine. Syracuse, Nico Motte, D.K, Geena... Quentin Vandewalle est clair : les artistes sont underground, la qualité musicale pointilleuse et exigeante. Tout reste à croire, avec ces quelques deux années d'existence, que le jeune label continuera sur sa lancée. Dans la même lignée que ces fouilles archéologiques, ces signatures dépeignent cette agilité de chercher le future dans le passé. Et après tout, les premières Tapes sorties en 2012 ne dataient-elle pas de 1991 ?