PIONAL : "L'ESPAGNE S'EST ENFIN OUVERTE À L'INTERNATIONAL"
Posté le 06.05.2015
par Loïc Marszalek

Acolyte de John Talabot signé sur Young Turks, Miguel Barro a.k.a Pional est un artiste multi-tâches qui enchaîne les collaborations dont le monde est tombé progressivement amoureux au cours des dernières années. Nous avons eu l'occasion d'échanger avec lui, en amont de sa venue au Sucre.

Pional

Salut Miguel, où es-tu en ce moment ?

Je viens d'atterrir à Madrid à l'instant. J'étais en tournée aux États-Unis avec John Talabot. On a joué dans quelques villes avant passer dix jours à Palm Springs. Quel endroit magique ! Il n'y a rien de mieux que de pouvoir boucler une tournée par des vacances.

Que ressens-tu, lorsque que tu regardes les cinq années qui viennent de s'écouler ? Comment résume-t-on un passage de Disney à Young Turks ?

(Rires) Et bien... C'est plutôt dingue. Je n'avais jamais osé espérer que la musique soit mon job à temps plein. Je dois t'avouer que, parfois, mon ancien travail me manque. J'étais bien traité et heureux de travailler dans l'industrie cinématographique. J'ai dû faire un choix entre cinéma et musique et j'ai choisi la seconde option. Tout ça s'est passé tellement vite qu'il est impossible de le résumer. C'est du genre : je travaille dans le cinéma et "pouf", je vis désormais de la musique.

Tu es ingénieur du son. Comment en es-tu arrivé à chanter toi-même ?

Je ne me considère pas comme un chanteur. J'ai commencé à enregistrer ma voix pour les besoin d'un track sur lequel je travaillais. Je n'ai aucune compétence en chant et je ne veux pas que l'on me vois comme tel.

Du fait d'être ingénieur du son, ressens-tu des différences entre ton processus de création et celui d'autres artistes ?

J'aime le son et je considère que chaque artiste possède une approche musicale unique et personnelle. J'aime écouter une voix et me demander comment elle a été enregistrée, quel processus et matériel ont été utilisés... Je fais la même chose avec les drums, les basses... Je pense que chaque artiste devrait avoir un son différent des autres. Donc oui, je pense que ma musique est personnelle, de par ses sonorités et son processus créatif, mais je ne pense pas que le fait d'être ingénieur du son joue un rôle primordial là-dedans. C'est avant tout une question d'amour de la musique et de travail.

Fais-tu partie de ces artistes geeks de synthétiseurs ?

Pour être honnête, je ne suis pas très à l'aise avec le midi. Je dirais même que je n'aime pas ça. J'enregistre donc tous mes synthétiseurs directement en audio... Je te dis ça pour la forme, hein, parce qu'après avoir dépensé des sommes astronomiques en machines, j'en reviens toujours aux plugins (rires).

Comment décrirais-tu la scène espagnole ?

Elle grandit. Je suis très heureux que les musiques électroniques et, plus généralement, toutes les musiques, commencent à avoir une scène internationale. En Espagne, il y a quelques années, tu n'entendais que des artistes nationaux à la radio. Aujourd'hui tu peux y entendre des musiques du monde entier (États-Unis, Grande-Bretagne, reste de l'Europe...). Je dirai que tout va mieux maintenant : nous avons des artistes talentueux qui s'exportent, de nouveaux lieux et festivals au rayonnement mondial. L'Espagne a un peu délaissé son nationalisme musical et s'est enfin ouverte à l'international.

<object width="715" height="300" data="http://www.youtube.com/v/-S0t36pjwso&amp;showsearch=0&amp;rel=0&amp;fs=1&amp;autoplay=0&amp;ap=%2526fmt%3D18" type="application/x-shockwave-flash"> <param name="data" value="http://www.youtube.com/v/-S0t36pjwso&amp;showsearch=0&amp;rel=0&amp;fs=1&amp;autoplay=0&amp;ap=%2526fmt%3D18" /> <param name="wmode" value="window" /> <param name="allowFullScreen" value="true" /> <param name="src" value="http://www.youtube.com/v/-S0t36pjwso&amp;showsearch=0&amp;rel=0&amp;fs=1&amp;autoplay=0&amp;ap=%2526fmt%3D18" /> <param name="allowfullscreen" value="true" /> </object>

Chairlift, The Rapture, Jessie Ware, The XX... Comment abordes-tu toutes ces collaborations ?

Généralement, quand je réalise un remix, je recherche avant tout d'apporter une nouvelle lecture qui transcrit ma vision personnelle du morceau, tu vois ? Par exemple, avec mon remix de Jessie Ware, lorsque j'ai entendu l'original, je me suis dit : "Ok, je peux faire énormément de choses avec toutes ces voix". Je me suis dit la même chose avec Jamie XX.

Je ne veux pas être le genre de mec qui travaille un remix en posant seulement un drum kit en 4/4, une boucle de synthé et quelques voix par dessus. Je respecte les personnes qui font ça, mais je ne veux pas en être.

Et l'album ?

Ce n'est pas pour tout de suite. Je me suis rendu compte que j'avais encore besoin de produire de la musique, d'autres EPs, avant de me lancer dedans. Je veux vraiment peaufiner ce que je veux transmettre au travers des mes productions et un album ne doit pas être un coup d'essaie, tu vois. Ça doit être un aboutissement.