DJ MARKY : THE KING OF BASS, WITH DRUM !
Posté le 03.06.2015
par Maxence Grugier

DJ Marky, ou Marky Mark, est un véritable pionnier outre-manche. Sans lui, le style drum'n'bass tel que nous le connaissons n’aurait certainement pas existé, tant sa connaissance innée des rythmes latinos (pour cause, il est originaire du Brésil) tient une place importante dans l’explosion polyrythmique qui envahit les musiques électroniques dans les années 90. Hommage et célébration du retour d’un maître.

DJ Marky

DJ Marky est né au Brésil en 1975. On comprend mieux sa passion pour le rythme, et surtout pour ce constant décalage de temps, cette « syncope », qui sévit dans le milieu drum'n'bass depuis les origines. Apparu dans les quartiers métissés de Londres et de Bristol au début des années 90, alors qu’on l’appelait encore Jungle, le style drum'n'bass déferle véritablement sur le monde des musiques électroniques de 1992 à 2002. Une dizaine d’années qui voit ce genre (ou plutôt « ces genres ») s’imposer comme incontournables dans les soirées, festivals et magazines. Hélas, la scène s’est essoufflée, et il faudra l’arrivée du dubstep dans les années 2006/2007 pour que les plus jeunes redécouvrent ce courant prisé des dancefloors du monde entier.

DJ Marky, pionnier et « marquis » de la DnB

En activité dès 1992, en même temps que les pointures Roni Size et Goldie, Dj Marky, de son vrai nom Marco Antonio Silva, se caractérise par une approche rythmique hérité de ses origines latines. De fait, son style fut longtemps décrit comme « brasilian drum and bass ». En 1998 il fut invité par le boss de V Recordings, Bryan Gee, également DJ. C’est à ce moment là qu’il rencontre Goldie, le fondateur du label mythique Metalheadz, et DJ Hype, alias Kevin Ford (auteur du titre « Shot in the Dark »), également animateur de radio. En 1999, DJ Marky est sacré « meilleur nouveau DJ » par les critiques britanniques. Il co-fonde le label Innerground avec XRS (le DJ et producteur Xerxes De Oliveira), une structure qui lui permet d’exprimer son talent si particulier.

<object width="715" height="300" data="http://www.youtube.com/v/A9bgrVyMaSk&amp;showsearch=0&amp;rel=0&amp;fs=1&amp;autoplay=0&amp;ap=%2526fmt%3D18" type="application/x-shockwave-flash"> <param name="data" value="http://www.youtube.com/v/A9bgrVyMaSk&amp;showsearch=0&amp;rel=0&amp;fs=1&amp;autoplay=0&amp;ap=%2526fmt%3D18" /> <param name="wmode" value="window" /> <param name="allowFullScreen" value="true" /> <param name="src" value="http://www.youtube.com/v/A9bgrVyMaSk&amp;showsearch=0&amp;rel=0&amp;fs=1&amp;autoplay=0&amp;ap=%2526fmt%3D18" /> <param name="allowfullscreen" value="true" /> </object>

Un drum’n’bass innovator

Avec des mixes albums mythiques (et des interventions publiques qui ne le sont pas moins) comme Audio Architecture 1 et 2 (2000/2001) ou The Brazilian Job (2001), DJ Marky s’impose comme un incontournable au sein de la scène drum’n’bass innovante. Il s’associe également à Drumagick (JrDeep et Guilherme Lopes) ou Total Science, pour des EPs aujourd’hui considérés comme des classiques du genre. En 2011, le brésilien revient sur le devant de la scène avec un mix pour Fabric qui le voit se pencher sur le cas du dubstep, du hardstep et autres évolutions du style, oscillant entre grands classiques (dRamatic & dbAudio) et artistes novateurs (Klute, Skream) comme il a toujours si bien su le faire.

Aujourd’hui DJ Marky continue d’insuffler du neuf dans la drum’n’bass, apportant sa vision et son enthousiasme infatigable à un genre qui, s’il est à part dans l’univers des musiques électroniques, n’en est pas moins devenu légendaire.

DJ Marky