Rencontre avec Oliver Hafenbauer, le programmateur du club Robert Johnson
Posté le 18.05.2016
par Maryne Rohrbach

C'est avec le club Robert Johnson que l'on commence notre grand tour d'Europe : Trans Europe Express.

Robert Johnson est le club de Frankfort - ou plus précisément Offenbach. Un lieu devenu mythique depuis 1999 grâce à l'activisme de DJ Ata et à son design épuré, considéré par certains comme le « meilleur club du monde » et qui a aussi développé sa branche label. Un lieu qu'on affectionne pour son espace, sa programmation - soignée élégante et éclectique. Rencontre avec Oliver Hafenbauer, le DJ résident et le directeur musical du club Robert Johnson.

Pour commencer, pourrais-tu nous présenter brièvement le club Robert Johnson ?

Robert Johnson est un club situé à Offenbach, juste après la rivière de Francfort, dont la programmation est axée autour des musiques électroniques. Le lieu a été créé par Dj Ata et Sebastian Kahrs en 1999. Le club se définit par son flair minimaliste: la pièce principale regroupe une piste de danse pour environ 200 personnes, une cabine de DJ avec platines incrustées et un mixeur rotatif Rane, quelques bancs et un bar ! Il y a aussi un balcon avec une super vue sur la rivière.

Pourquoi avoir choisi ce nom ?

Le nom vient de Tobias Rehberger, un artiste allemand, ami de Ata. Il était fasciné par l’histoire tragique du chanteur de blues Robert Johnson. C’est un artiste qui a rejoint le club des 27 et qui aurait signé un pacte avec le diable au croisement d’une rue, pour atteindre le succès dans sa carrière d’artiste.  Tobias a suggéré ce nom à Sebastian et Ata et ils ont de suite accepté.

Pourquoi avoir crée le label "Live at Robert Johnson" ?

Au début, il n'était pas prévu d'ouvrir un "véritable label". Nous avons commencé à produire une série de compilation Live At Robert Johnson, puis nous avons créé des Mix-CD et des sorties sur vinyle. Plus tard, nous avons réalisé que beaucoup d'amis et de résidents produisaient de la très bonne musique et c’est là que le label s'est crée.

Comment est le public de Franckfort ? Est-il réceptif ? Quel genre de personnes fréquentent votre club ?

Frankfort à un long passé avec l’electronic dance music, notre public est un public averti et éduqué. C’est un peu un luxe que nous avons et nous respectons cela.

Comment arrive tu a mêler ton travail au club, ta carrière de dj, l’organisation du restaurant Club Michel et le label ? Arrives tu à dormir la nuit ?

Je suis assez occupé dans mon travail, autant dans la programmation du club que dans l’organisation du Restaurant Club Michel. J’ai aussi crée mon label Die Orakel et je gère aussi le label du club Live at Robert Johnson qui me prend énormément d’attention. Le fait de voyager le week end via mon travail de dj ne m’aide pas non plus à me reposer. Il m’arrive de travailler parfois 7 jours sur 7 mais je ne m’en plains pas, je profite de chaque instant, mon travail me passionne et j’ai la chance de travailler avec des gens formidables.

Peux-tu nous parler un peu de la ville de Franckfort ? Comment est votre scène locale ? Tu as des Dj à nous conseiller?

Nous avons une scène locale assez développée. Il y a beaucoup d’artistes bien établis et une génération assez sophistiquée de jeunes dj et de producteur à Frankfort et Offenbach. Je vous conseille de surveiller certains de ces jeunes artistes prometteurs comme Aziesch, Ramone, Vincent Feit, Max Vaahs ou des labels comme Yappin’, Traffic et Hardworksoftdrink.

Recevez vous des aides du gouvernement pour développer votre club ?

Nous n’avons reçu aucune aide financière ni en nature de la ville à l’époque. Le gouvernement d’Offenbach a juste réalisé que quelque chose de spécial se développait dans leur ville quand le club est arrivé il y a 10 ans. Ils sont assez fiers de nous avoir mais ils ne font rien pour nous aider.