L'EMPLOYÉ DU MOIS : LÉA CHAIX
Posté le 15.07.2014
par Martin Lacroix

A même pas trente ans Léa Chaix déborde d’énergie. En plus de préparer vos mojitos et de servir vos bières tous les week-ends, elle vient de se lancer dans une aventure complexe : éditer un magazine culturel gratuit anglé sur Lyon et ses alentours. Elle est évidemment notre employé du mois !


Salut Léa. Peux-tu te présenter, nous dire ce que tu fais au Sucre et depuis combien de temps ?

Léa Chaix :J'ai 28 ans, une formation de graphiste, j'ai travaillé dans plusieurs agences de communication à Lyon et Paris. et je suis de retour à Lyon depuis un an où je suis barmaid au sucre depuis l'été dernier donc l'une des plus anciennes à préparer des mojitos derrière le bar, eheh…

Employée du mois, Lea Chaix


Quel est ton meilleur souvenir au Sucre ?

L.C. :C'était le dimanche 27 Avril pour Seth Troxler. Je n’ai pas eu la chance d'être à l'intérieur pour entendre le son mais au service extérieur. Et là, c'était grandiose! On était peu nombreux à travailler ce weekend-là. Deux barmans à l'intérieur, deux à l'extérieur. Et évidemment un monde de ouf. Sans oublier la pluie qui s'était invitée sur le rooftop.
Un client commence à râler au bout du Bar. Il « attend depuis trop longtemps »! Mon collègue lui explique calmement, qu'il y a beaucoup de monde, que nous ne sommes que deux à servir, qu'il est là pour passer un bon moment et qu'il va bientôt avoir son verre. Bien sûr il ne se calme pas du tout ! Son voisin lui demande d'être plus cool. Il lui rappelle que c’est dimanche, que la musique est bien, qu’ils sont censés être détendus…
Mais il ne lâche toujours pas et petit à petit plusieurs personnes s'énervent contre lui. 10, 20, 30, 50 personnes lui balancent un gros « ooooooooooh » … Et là c’est la bronca ! Toute la terrasse agglutinée sous la bâche, pour se protéger d'une plus battante, s'est mise à crier.
C'était super-impressionnant et drôle à la fois. Même si certaines personnes ne devaient pas comprendre pourquoi ils criaient ou même si leurs cris nous étaient destinés! En tout cas, ça nous a permis de souffler et boire un verre tranquillement…


Quelle phrase entends-tu le plus derrière le bar ?

L.C. :Un demi s’il vous plaît.
Sinon, à la fin, lorsqu’on arrête de servir de l'alcool, il y en a toujours qui veulent un dernier verre. Là, ils essaient par tous les moyens de nous faire croire que la bière ce n’est pas de l'alcool. C'est souvent très drôle.


Quelle est celle que tu ne voudrais plus entendre ?

L.C. : Les clients qui se plaignent qu’on ne « sert pas l’alcool. »
Ou s'il vous plaît « madame ». Je fais si vieille que ça?!
Un (verre d'alcool) mais « bien bien » chargé. Je te donne un pourboire.
Il y a aussi les clients qui pleurent pour avoir un verre d'eau pour leur copine mais qui le boivent devant toi car ils n'en peuvent plus, j'adore ! Je n’ai jamais refusé un verre d'eau, mais continuez vos histoires, ça nous fait bien rire.


Une anecdote ou un moment drôle que tu as vécu au Sucre ?

L.C. : Au mois d'août dernier une bande de petit mecs qui avaient très soif et plus d'argent, nous ont chanté "une pinte de Grolsch gratuit, une pinte de Grolsch gratuit,…" en boucle avec un petit air bien drôle, qui sonne bien et surtout qui reste longtemps dans la tête!!! Peut-être se reconnaîtront-ils…

Sinon c'était pour Laurent Garnier un dimanche après un long week-end de boulot et une salle remplie à craquer. Petit à petit on n'avait plus rien, plus de menthe plus de citron, plus de verre… Et là, certaines personnes de l'équipe, qui ne sont pas barmen, sont venus à notre secours. Ils nous ont aidé à remplir nos frigos, préparer de la menthe pour les mojitos, nous laver les verres, faire un roulement pour faire nos pauses. Ca c'est de l'esprit d'équipe ! C'était une super ambiance aussi bien avec les clients que derrière le bar.


Tu collabores au magazine Sottises dont le numéro 1 vient de paraitre. Peux-tu nous en dire un peu plus sur ce nouveau fanzine culturel lyonnais et sur ton rôle en son sein ?

L.C. : En réalité c'est le numéro 0 qui vient de sortir ! C'est un magazine gratuit, Lyonnais et espiègle. Chaque trimestre un nouveau thème est choisi par l'équipe et on travaille autour de ce thème, pour le numéro 0 c'est Cochons Cochonnes.
On collabore principalement avec des lyonnais et on traite les sujets avec humour et une certaine liberté. Le but est de porter un nouveau regard sur Lyon : des lieux, des personnalités, des identités artistiques, des sujets d'information.

Sottises Sottises

 

Nous sommes trois associés sur ce projet: Huy Nhu, Sarah Fouassier et moi-même. Et nous collaborons avec une super équipe de rédacteurs, photographes, modèles, maquilleurs, coiffeurs, etc… en moyenne âgé de 25/30 ans. Une belle aventure qui s'est officiellement concrétisée le 5 juin, avec la soirée de lancement dans un studio photo à la Guillotière et qui je l'espère, perdurera.

Nous venons de finir la distribution dans différents lieux de Lyon. Vous pouvez trouver la liste sur la page Facebook de sottises, liker la page et aller chercher votre magazine. Et profitez-en pour faire une photo de vous avec le mag ou/et de l'endroit où vous le lisez et envoyez nous la photo. Ce serait cool et intéressant de nous faire partager votre lecture et en plus, vous allez surement nous faire connaitre/ découvrir des nouveaux lieux.


Pour finir, as-tu un tips à donner aux barmans pour profiter d'un artiste tout en travaillant ?

L.C. : Et bien venez travailler au Sucre! Et surtout il faut être au bar à l’intérieur.