Interview de Pedro Fradique, le programmateur du Lux Fragil
Posté le 16.06.2016
par Maryne Rohrbach

Nombreux sont les Djs qui nous ont parlé du Lux Fragil, à Lisbonne. Appartenant en partie à John Malkovich, on y voit passer de nombreuses célébrités, que ce soit dans sa clientèle ou derrière les platines. L'adresse portugaise est aussi renommée pour son rooftop, qui permet de scruter Lisbonne d'un oeil nouveau. Rencontre avec Pedro Fradique, programmateur du club.

Pourquoi avoir choisi ce nom de club?

Le club Lux fragil appartient à la même équipe que celui du Fragil dans le quartier du Bairro Alto qui lui est vraiment petit. C’est donc dans la continuité qu’ils ont voulu exporter le club dans un lieu plus grand..

Avez vous une scène électronique développée à Lisbonne? J'ai entendu parlé de la montée de la scène "zouk bass" mais qu'en est-il de la scène Techno/house?

Oui notre scène zouk est dévéloppée mais on va dire que cela fait seulement 2 ou 3 ans que la ville de Lisbonne a un engouement pour la scène électronique. Il y a de plus en plus d’événements axés sur la musique électronique comme sur les festivals de l'étés.  Le Lux existe depuis 18 ans, on est là depuis longtemps et cela fait seulement quelques temps que la ville a changé. Cela s'explique car Lisbonne est devenue très touristique, les touristes occupent la ville et influent par ricochet sur le développement musical.

J'ai vu beaucoup de photos d'une structure en forme d'entre-jambe, c'était pour quoi?

Cette structure était inspiré de Nikki de Saint Phalle, on l’a fait pour les 10 ans du Lux. On aime changer de décors pour les grandes occasions comme le nouvel an ou nos anniversaires. C’est un peu une de nos particularités.

Comment est votre public au Lux?

Notre public est un melting pot d'âges, de nationalités ou de styles. Nous avons quand même une bonne partie de notre clientèle sont des touristes. C’est aussi pour cela que sur Trip Advisor beaucoup de gens nous mettent des mauvaises notes car on essaie vraiment de filtrer à l’entrée et éviter d’avoir trop de touristes. On essaie de garder l’esprit originel du club. Je pense qu’il est vraiment important de filtrer à l’entrée et de selectionner les gens que tu souhaites avoir dans ton club. C’est un peu ce qui définit son identité et on essaie de garder l’endroit aux locaux.

Peux tu nous parler du line up de Trans Europe Express au Sucre ?

On a choisi ce line up car Tiago est l’un de nos plus vieux résidents et un des plus connus. Yen Sung est aussi là depuis le début. Pour Barnt c’est vraiment un dj que l’on suit depuis longtemps, et je trouve qu’il a vraiment une identité dans ses morceaux, un truc qui fait de lui quelqu’un de spécial et pour moi c’est la chose la plus importante pour un dj. Dans le booking on aime mêler artistes locaux et têtes d'affiche et ainsi promouvoir ceux qui ne sont pas encore connus. C’est un peu essentiel et maintenant notre public nous fait confiance, ils ne se posent même plus la question de si cela sera bien ou pas.

Quel est l'esprit du club pour toi?

Je répondrais à cette question en citant Dixon qui a définit en quelques mots l’esprit du club :

" J’ai vu beaucoup d 'excellents clubs en 20 ans. Ils peuvent être excellents pour diverses raisons : l'architecture, la foule, la programmation ou la musique qu’ils mettent en avant. Le Lux a tous ces aspects. Vous pouvez même en rajouter un autre, qui est d’ailleurs pour moi l’un des plus impressionnant pour le Lux : Ses résidents. Parce que oui, le Lux a toujours des résidents. Des résidents qui ne jouent pas  une fois par ci et là mais qui jouent tous les weekends, et je pense qu’ils construisent les fondations du club grâce à cela. Ils ont façonné le club, et même au delà, la vie nocturne. Maintenant dis moi : Combien de clubs combinent tout ça ? Voilà pourquoi c'est l'un de mes clubs préférés au monde."