Le label Difu nous parle de ://about blank
Posté le 20.07.2016
par Julien Roche

A l'occasion de l'invitation faite au club Berlinois ://about Blank sur Trans Europe Express, notre événement qui invite 14 clubs européens au Sucre, nous avons interviewé deux de ses meilleurs ambassadeurs : Jacques et Laurent du collectif Difu ! qui collaborent avec le club depuis plusieurs années. Récit.

Comment avez vous connu ce club ? Que pouvez-vous dire sur ce lieu ?

Ce club a été le lieu de notre toute première sortie en soirée à Berlin. Tout un symbole ! C'était une soirée du label Laid Records avec Palissade, l'alter-ego house du producteur Redshape et Prins Thomas, entre autres. C'est sans doute l'un des meilleurs clubs que l'on connaisse, tant sur le plan musical que sur le plan humain, deux facteurs essentiels pour une fête réussie.

Lors de notre première date au club en tant que DJ, l'équipe nous a accueillis avec beaucoup d'empathie et de respect. Le facteur humain est primordial, la confiance des gens du club ne se gagne pas facilement. Ces personnes ne trichent pas, ne font pas ça pour la hype autour de la techno ou de Berlin. Ce sont tous de véritables clubbeurs à la base. Jessamine l'un des patrons, passait tous ses week-ends au Berghain il y a quelques années. Le ://about blank, c'est l'histoire d'une bande d'amis passionnés de musique électronique, tombés sur un superbe spot, une maison à l'aspect délabré, agrémenté d'un grand parc, et qui ont décidé d'en faire un night-club.

Quel est l'esprit du club ?

Ce club résume à lui seul l'esprit de la fête à Berlin : qualité musicale, line-up pointus, discrétion (très peu de communication, pas de photos, flyers minimalistes), hédonisme, tolérance. Nul besoin d'en dire plus, il faut venir au club pour ressentir cela. Un côté libertaire voire hippie, dans un bâtiment qui ressemble à un squat. L'été, la scène open-air, où nous avons joué la dernière fois, est incroyable, un soundsystem et une boule à facette perchés dans les arbres, une douche qui arrose régulièrement le dancefloor, un parc avec des canapés pour chiller, des caravanes pour se retrouver en intimité, de la verdure partout. Des fêtes qui jouent les prolongations jusqu'au lundi. Un lieu festif avec un grand "F".

Berlin, Lyon, un même sens de la fête ?

A Lyon on y arrive petit à petit. Le dynamisme de la scène locale est assez hallucinant par rapport à 10 ans en arrière, avec une myriade de collectifs, de jeunes artistes talentueux et un public toujours plus curieux. Il ne manque plus que les barrières tombent entre les soirées gays et hétéros, Lors de la dernière soirée Mutante avec Paula Temple, comme la précédente que nous avons faite avec ://about blank au Sucre, cela s'est vraiment fait sentir : un public éclectique et super ouvert, de tous âges ; ces soirs-là il y avait quelque chose de berlinois dans l'atmosphère, car il faut le dire, Berlin reste un modèle pour le clubbing, du moins dans l'état
d'esprit. Sur la forme, ça n'aurait bien sûr pas de sens de vouloir reproduire chez nous ce qu'il se fait la-bas. La configuration urbaine des deux villes est différente, avec plus de densité et moins de friches et d'espace libres à Lyon. Mais nous avons également de superbes spots comme le Rooftop du Sucre avec vue imprenable sur les rives de la Saône et du Rhône. La majorité des guests que nous avons reçus ces dernières années a été positivement marquée par la ville. Il nous faut cultiver l'identité lyonnaise sur la scène électro.

Après votre dernier plateau (au Sucre, avec Ben Ufo et Resom), avez-vous de nouveaux projets avec la team berlinoise ?

Déjà, nous accompagnons Resom et Jessamine à la clôture de la saison de l'Institut du Futur à Leipzig (Institut Fuer Zukunft) le 23 juillet, une ville visiblement en pleine ébullition. Nous avons hâte d'y être et de découvrir l'endroit. Beaucoup de ravers berlinois se déplacent à Leipzig désormais. Il paraît que les soirées y sont folles. Et nous avons également une date prochaine aux côtés d'un grand nom de la scène berlinoise à ://about blank.. Mais nous ne pouvons pas vous en dire plus pour le moment.