La nuit danoise vue par Kenneth Christiansen
Posté le 04.08.2016
par Clément Bernard-Skalecki

Vendredi, Le Sucre invite une nouvelle fois un haut lieu de la culture club européenne dans le cadre de son cycle Trans Europe Express : Cette fois c’est Culture Box qui sera sur le toit, le rendez-vous bien connu des noctambules de Copenhague et par ailleurs également foyer du fascinant label de dub-techno Echocord. Pour savoir ce qui rend la capitale danoise spéciale, nous avons interrogé l’homme à la croisée de ces deux institutions: Kenneth Christiansen, pionnier de la nuit danoise, à la fois instigateur du projet Culture Box et gérant d’Echocord.

Tu es sur le point de célébrer les 15 ans de ton label Echocord, une longévité qui a de quoi impressionner pour un label. Selon toi, comment décrire l’évolution de la scène musicale au cours de ces 15 dernières années ? Quel changement as-tu expérimenté dans ton travail de boss de label ?


Oui, 15 ans ça remonte à loin. La scène musicale a beaucoup changé au cours du temps. Quand j’ai commencé Echocord, le digital n’était pas encore vraiment arrivé, il n’y avait quasiment pas distributeurs sur le net etc… A l’époque c’était plus normal d’acheter ses disques quand on voyageait, quand on trouvait des disquaires.

Aujourd’hui les gens ont juste à aller sur le web et à commander en trois clics, ou alors bien sûr à aller chez leur disquaire local. Je suis personnellement à 100% à fond dans le vinyle, mais je vends aussi de la musique digitale. Je suis très heureux de voir que le vinyle se vend à nouveau de plus en plus. Je dis cela car avec le digital, il est devenu plus facile de sortir de la musique et le revers de la médaille, c’est qu’on voit aussi sortir beaucoup de mauvais morceaux mal masterisés etc… Parfois j’ai le sentiment qu’il y a trop de musique qui sort chaque jour, même si j'admets qu’il y a aussi énormément de choses de très bonne qualité dans la musique électronique.

Comment tu décrirais le « son Echocord » ?

Echocord a toujours fait dans le « dub ». Ca peut être des choses introspectives, ou alors plus orientées club, mais toujours avec un « feeling dub ». Nous avons aussi créé un sous-label Echocord Colour qui est plus clairement orienté Techno/Dub-Techno.


Le Danemark n’est pas un pays spécialement connu en matière de musiques électroniques. Comment tu présenterais ton club à quelqu’un qui n’est jamais venu ? Plus largement, qu’est-ce que tu peux nous dire sur la scène danoise ?


Le Danemark est un petit pays c’est vrai, avec une petite capitale, Copenhague. En revanche nous avons une scène très intéressante, avec beaucoup de nouveaux talents, de producteurs, de promoteurs etc… Lorsque Loke Bush et moi nous nous sommes lancés dans l’aventure Culture Box il y a presque 12 ans, il ne se passait pas grand chose. Du coup je peux mesurer le chemin parcouru, et ça a beaucoup changé !


Pour parler un peu de Culture Box, il s’agit d’un club intimiste avec une programmation centrée sur la musique électronique underground. Nous avons deux dancefloors et un bar juste à côté du club. Mais Culture Box c’est avant tout une atmosphère très spéciale, un très bon public divers, avec des personnes venant des quatre coins du monde. Nous faisons de notre mieux pour avoir la meilleure programmation possible, avec un mélange de pointures internationales et d’artistes locaux talentueux, avec en plus un excellent soundsystem.


Tu as récemment joué à Paris. En tant que DJ, comment tu perçois le public français ?

C’était la première fois de ma vie que je jouais à Paris, à l’occasion d’une soirée Echocord dans le club Concrete, sur lequel j’avais entendu beaucoup de bonnes choses, et c’était fantastique ! J’ai joué un set de trois heures au début. Le club s’est très rapidement rempli, avec un public de passionnés, des fidèles d’Echocord. C’était une expérience majeure pour moi, j’ai hâte de voir ce que ça donnera au Sucre !


Quels sont tes projets à venir pour Echocord et Culture Box ?


C’est une très grosse année pour Echocord. Nous avons commencé il y a 15 ans comme évoqué précédemment, donc nous allons logiquement sortir une compilation baptisée « 15 years with Echocord » après l’été. Nous avons aussi prévu une tournée importante avec mon agence Viceversa, en Europe et sûrement aussi l’Asie et les Etats-Unis à la fin de l’année.


Avec Echocord Colour, le nouvel EP de Mike Dehnert est sorti il n’y a pas longtemps, et nous allons aussi en sortir un de Deadbeat fin 2016. Quant à Culture Box, la programmation est presque bouclée avec comme d’habitude beaucoup de DJs confirmés, des soirées consacrées aux labels que nous apprécions et beaucoup de bons producteurs locaux également. Parmi les noms qui viendront chez nous, je peux déjà annoncer Alan Fitzpatrick, Voices From The Lake, Svreca, Skudge, Mono Junk, Reset Robot, Function, Steve Bicknell, Cab drivers, Thomas Melchior, Patrice Scott, Fred P, Kollektiv Turmstrasse, Helena Hauff, DVS1, Prosumer, Move D… et bien d’autres encore !