Les Frères Smith
Comet Records
Paris, France
Dernières dates au Sucre
02.05.2015

Refusant toute mise sous tutelle contractuelle leur promettant le pillage colonial de leur musique, ©© les Frères Smith ont pris eux-mêmes leurs affaires en mains, plantant violemment leurs poignards sur le bureau des producteurs avides et faisant des confettis de ces chaines en forme de paperasse avec lesquelles on voulait les entraver. Autogérés, autoproduits, autofinancés. Contreband Mentality !

Affranchis de leur nom d’esclave depuis ce jour où ils ont écimé l’encombrante appellation Café-Crème pour n’en garder qu’un double C devenu depuis décoration militaire, connecté à la diaspora Afro-beat qui passe par le co-fondateur Tony Allen, l’Israélien Kutiman, les New-Yorkais de Kokolo, le Nigérian Kologbo (Africa 70) ou les Canadiens du Souljazz Orchestra ; ©© Les Frères Smith, depuis une décennie, huilent et affutent leur arsenal musical avec une précision et une minutie chirurgicale. Contreband Mentality !

Dans le confinement d’un studio qu’ils occupent religieusement toutes les semaines comme sur des scènes où leur disposition tient parfois du Tétris (2009. Paris XIème. Vingt-deux personnes sur les planches de l’International. Record à battre), ©© les Frères Smith, c’est cette cohorte de quatorze trafiquants qui le soir venu convoie sa marchandise dans des caisses de fret en bois pyrogravées « Hautement Inflammable ». Sans intermédiaires nourris au bakchich et en esquivant les excès de zèle des douaniers trop fouineurs. Contreband Mentality !

A l’intérieur de leur cargaison, le produit est stable mais devient incontrôlable dès le premier coup de cymbale marqué. Cuivres baroudeurs, caisses claires arides, guitares machettes, percussions obsédantes, claviers venimeux. Groove verrouillé, impulsions jazz, transes tribales, vibrations funk, le son Smith prend sa source dans les influences multiples de chacun de ses membres, mais c’est dissimulé derrière la moustache de Mulatu Astatké, avec le manteau de fourrure de Fela sur le dos et les bottines de James Brown aux pieds qu’il s’insinue dans les cerveaux.

Habitués à passer la pulsation en fraude, ©© les Frères Smith ont aussi œuvré à mettre en place une Route de l’Afro-beat. Une route à double sens qui serpente dans toute l’Europe et qui rend possibles les rencontres musicales avec les groupes affiliés Contreband Mentality. Répandu brûlant des centaines de fois dans des fosses de concerts Parisiennes (Bellevilloise, Glaz’art, Cithéa, Réservoir, Bus Palladium…) et plus généralement en France et en Europe (Angleterre, Allemagne, Suède, Belgique, Pays-Bas…), leur baume afro-éruptif envoûte le public ne lui laissant plus d’autre choix que de lever le poing avec pour seul cri de ralliement un « Smith ! Smith ! Smith ! » scandé jusqu’à épuisement total.