Joakim
Tigersushi
Paris, France
Dernières dates au Sucre
08.04.2017
28.05.2016
26.06.2015

Depuis 1999, date de sortie de son premier album sous le pseudonyme Joakim Lone Octet (exercice de style électro-jazz, sorti sur Future Talk, sous label expérimental de Versatile), difficile de cerner cet ancien élève du conservatoire, ou plutôt de l’enfermer dans une case, tant le garçon s’est, l’air de rien, employé à brouiller les pistes et se poser sur les bords de la French Touch et du dancefloor, en devenant un acteur majeur, tout en refusant de s’inscrire dans une bande, un courant, un style ou un genre.

Au fil des années, Joakim aura ainsi cumulé toutes les expériences, ce qui confirme sa vision globale de la musique, et coiffé toutes les casquettes du spectre musical : musicien avec quatre albums sous le bras, fondateur et patron de label (le fantastique Tigersushi et le tout récent label Vinyl Crowdspacer, plus orienté dancefloor), graphiste (il réalise, le plus souvent, ses visuels et ceux de son label)… Mais aussi DJ d’un genre nouveau qui le place aux côtés des Ivan Smagghe ou Tim Sweeney, féru de mode, producteur (Panico, Poni Hoax, Zombie Zombie, Montevideo…), remixeur ou, plus récemment, nouveau venu dans l’art contemporain…

De « Fantômes », en 2003, qui prenait la house de la fin des 90’s à contre-courant pour mieux la faire dévier, à « Nothing Gold » (2011), qui le voyait s’aventurer vers une notion de la pop telle que définie par le label DFA, en passant par le cérébral, glacial et métallique « Monsters & Silly Songs » (2006), Joakim aura marqué de son empreinte la musique électronique actuelle, la modernisant, l’hybridant, faisant fi des écoles et des genres, puisant autant dans la new-wave que le krautrock, la pop que la disco, l’ambient que la house…